Message de l’Ambassadeur à la communauté française

GIF

Managua, le 18 mai 2018

Chers compatriotes,

Depuis un mois, le Nicaragua vit une grave crise politique et sociale. Dans la situation actuelle, marquée par des épisodes de violences, de blocages routiers et des risques de pénuries, je vous invite à observer la plus grande prudence.

Comme vous le savez, nos consignes de sécurité ont été renforcées. A Managua, notre cellule de crise a été activée. A Paris, le Centre de crise du ministère des Affaires étrangères suit de près la situation. Les conseils aux voyageurs ont été modifiés et nous déconseillons formellement les déplacements dans le pays.

Pour tous les Français établis au Nicaragua, ou de passage, je souhaite rappeler les principales consignes : éviter de se mêler aux troubles, s’informer de la situation avant de se déplacer, rester en capacité de communication (radios, téléphones chargés), prévoir un stock d’eau et de nourriture.

L’ambassade, le consulat, le consul honoraire et les chefs d’îlots sont en contact permanent. Nous sommes tous à votre disposition si vous devez signaler une situation d’urgence ou si vous êtes à la recherche d’informations. Je vous engage à bien noter les coordonnées de votre chef d’îlot, qui vous ont été communiquées par le consulat, et les numéros d’urgence de l’ambassade (+505-87-21-01-54) et du consulat (+506-88-20-60-17). Je vous invite également à être attentifs aux messages diffusés par l’ambassade et le consulat, en particulier via notre Facebook et notre Twitter.

Rien n’indique pour le moment que les troubles vont cesser ou que leur intensité va diminuer. Nous nous préparons donc à toutes les éventualités, avec l’ensemble de notre dispositif sur place, y compris notre lycée et notre Alliance française. Si la situation se dégradait davantage, de nouvelles mesures seraient mises en œuvre et vous en seriez avertis immédiatement.

Toutefois, avec le début du dialogue national et l’arrivée de la mission de la CIDH, la situation pourrait évoluer. La France, seule ou avec l’Union européenne, a appelé à plusieurs reprises au dialogue et à mettre fin aux violences. Nous avons également demandé que toute la lumière soit faite sur les responsabilités et qu’ait lieu un dialogue inclusif sur la justice et la démocratie, afin d’offrir des perspectives de sortie de la crise actuelle.

Restons solidaires. Tenons-nous informés. Courage, prudence et patience à tous.

Philippe Létrilliart
Ambassadeur de France au Nicaragua

Dernière modification : 18/05/2018

Haut de page