Inondations aux Caraïbes : fin de mission de TSF (24/06/2004)

Durant les derniers jours de mai, les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la République Dominicaine et Haïti ont provoqué la mort de milliers de personnes dans la zone frontalière entre les deux pays. Des milliers de familles ont perdu leur maison, leurs récoltes et leur bétail. Les conséquences quant à la situation alimentaire, épidémiologique, sanitaire, et d’assainissement de l’eau ont été désastreuses dans les zones affectées. Ces dernières sont restées sans moyens de communication depuis le début des pluies.

Les techniciens et logisticiens de Télécoms Sans Frontières sont intervenus le jour suivant dans la région en installant un réseau téléphonique prioritaire pour la population, des pôles de téléphonie mobile répartis sur les terrains d’intervention, ainsi que plusieurs transmetteurs de données permettant aux organismes de secours l’accès à internet et au courrier électronique pour l’échange et la transmission de données.

Pour répondre simultanément aux besoins en télécommunications des deux pays, TSF a divisé son équipe en deux groupes. L’un, basé à Jimani, au sud-est de la République Dominicaine ; l’autre, à Mapou et Thiotte au sud-est d’Haïti.

Grâce à l’intervention de TSF, et à la possibilité de contacter leurs proches, les habitants de ces villages et les communautés environnantes ont bénéficié d’un soutien psychologique primordial. Leur sentiment d’isolement a été atténué à mesure qu’ils ont pu raconter les événements, une grande majorité des appels étant consacrée à l’annonce de la perte d’un, voire plusieurs membres de la famille, et à la demande d’aide extérieure. Les équipes de TSF se sont rendues auprès des communautés les plus affectées pour mettre en place les centres d’appels nationaux et internationaux, avec l’objectif de recréer les liens familiaux.

En quelques minutes, des centres opérationnels de télécommunications furent installés à Mapou, Thiotte et Jimani pour appuyer les organisations et institutions internationales et locales opérant dans la zone. Ces bases logistiques de communication ont permis d’organiser l’arrivée de l’aide humanitaire, freinée par l’isolement de la région et la difficulté d’accès sur le terrain. En effet, les réseaux routiers étant coupés, l’hélicoptère était le seul moyen pour atteindre les zones sinistrées.

La présence de TSF a permis une prise de décisions plus rapide, la coordination des équipes avec leurs bases respectives et la capitale, l’échange d’informations sur la situation du désastre et sur la situation épidémiologique, ainsi que l’évacuation immédiate de malades ayant besoin d’une intervention médicale sur la capitale.

Télécoms Sans Frontières a terminé sa mission le 21 juin, après avoir répondu pendant un mois aux besoins de la zone des Caraïbes.

Dernière modification : 03/04/2006

Haut de page