30 ans de l’ONG Agua para la vida

JPEG Le 5 octobre 2017 a eu lieu la cérémonie des 30 ans d’Agua para la vida inaugurée par le président de l’organisation, Felipe González et la directrice de l’ONG, Carmen González et intitulée « 30 ans passés à développer des capacités et à transformer des vies ».

L’organisation naît de l’amitié entre deux professeurs de l’université de Berkeley (Californie), un français, Gilles Corcos, et un américain Charlie Huizenga. Ces deux experts en assainissement se rendent compte de l’absence d’eau potable, en voyageant dans les zones rurales du Nicaragua, dévastée par la guerre. Aujourd’hui, grâce à trente ans d’efforts pour que plusieurs communautés, en particulier de la région de Matagalpa, puissent avoir un accès durable à l’eau potable et à l’assainissement, ils ont réussi à changer la vie de ces populations.
JPEG

L’Ambassadeur de France, invité d’honneur avec l’Ambassadrice des États-Unis, a insisté sur le facteur temps, capital pour créer des changements de grande échelle et « transformer des vies », selon le titre de la cérémonie des 30 ans de l’organisation. Philippe Létrilliart a félicité l’ONG pour son fonctionnement autonome : “une organisation [légalement constitué comme] nicaraguayenne [depuis 2011] qui continue de recevoir le soutien des bonnes volontés se trouvant en France, en particulier, pour l’envoi de volontaires et la recherche de fonds”.

Thierry Delaunay, chef de projets en eau et assainissement de la Banque Interaméricaine de Développement (BID), a rappelé le trophée, en forme de goutte d’eau, remis en 2015 à l’organisation comme prix pour « l’eau et l’assainissement pour l’Amérique latine et les Caraïbes », grâce aux innovants programmes informatiques qui conçoivent des systèmes d’eau par gravité.

En plus de favoriser l’appropriation par les populations en charge de la gestion des comités d’eau, l’ONG nicaraguayenne dispose d’une école technique d’eau potable, à Río Blanco (région de Matagalpa), reconnue par l’INATEC. Depuis 21 ans, cette école forme des jeunes techniciens hydrauliques, capables de réaliser, concevoir et mettre en place des projets d’eau et d’assainissement, moteurs de la santé publique au Nicaragua.

La cérémonie s’est terminée par l’intervention de la communauté d’Enea (Esquipulas, Matagalpa) qui a entonné une chanson en l’honneur du travail réalisé par les membres d’Agua la vida, pour célébrer deux cycles inséparables : l’eau et la vie.

JPEG

Dernière modification : 11/10/2017

Haut de page